Scoenenbourg1.jpg
xp en magest.jpg
peint1.jpg
peintu 1.jpg

MINÉRALES - RÉSINATE DE CUIVRE

 

 

 

Table des matières

Cliquer sur les titres soulignés pour accéder à la rubrique.

 


- Résinate.

- Résinate ingrédients.

- Fabrication.

- Utilisation dans l'enluminure.

- Utilisation dans la peinture à l'huile.

 

 

Table des matières

 

 

Il semblerait de prime abord que le résinate de cuivre ait été surtout utilisé vers la fin du XVème siècle.


Nuancier de pigments et de "teintures" de résinates de cuivre

 

Table des matières

 

 

C’est un composé d’acétate ce cuivre et de résines… (Térébenthine de Venise, colophane…) dans lequel nous retrouvons principalement des acides abiétique, acides déhydro abiétique et acides déhydro déhydro abiétique (ces deux derniers se forment lors de la dégradation de l’acide abiétique au cours du vieillissement.)

 


Nuancier de résinate

 

 

 

Table des matières

 

 

Il fut identifié dans de nombreuses peintures des Ateliers du nord et Ateliers italiens du XVème au XVIIIème siècle. (Van Eyck, Bouts, Vermeer, Bellini, Véronèse…)

 

C’est, pour la peinture à l'huile, en général le "surnageant" visqueux et légèrement liquide qui est utilisé, principalement en glacis.


Ce liquide visqueux (surnageant) est insoluble dans l’eau (donc dans les liants pour enluminure).

En fonction de la cuisson, nous pouvons obtenir plusieurs nuances de verts : (du vert bleuté foncé au vert herbe).

 



 

 

Table des matières

 

La fabrication de ce pigment reste simple, même si elle n'est pas (loin s'en faut) sans risques pour le praticien.

 

 


 

 

 

 

 

Les ingrédients sont pesés, puis les résines sont mises à fondre à feu très doux.

 


.

 

Ajout d'acétate de cuivre grossièrement broyé. Par réaction, dégagement de vapeur d'eau et d'acide acétique. Le "liquide" bouillonne fortement.

Attention aux risques de débordement.

 

On chauffe doucement jusqu'à l'obtention de la couleur voulue. (en dernier lieu, après un chauffage long, le liquide virera lentement vers les bruns; après être passé du vert bleu foncé à un vert plus tendre). Il restera ensuite à filtrer le tout.

 

Le "résidu" servira après séchage complet de pigment pour l'enluminure. Le liquide visqueux peut-être déjà utilisé

en peinture à l'huile (glacis). Toutefois le traitement n'est pas encore terminé.


 

Après quelques jours de repos, le résinate sera réchauffé au bain marie, puis à feu nu et l'on ajoutera une huile préparée

spécialement. Le temps de chauffage et la température, une nouvelle fois, pourront déterminer la couleur finale.

 

Le résinate sera refiltré (à chaud… attention au verre si ce n'est pas du "Pyrex"ou du verre borosilicate)

Le résinate sera conservé en flacon bouché. Il sera utilisé en glacis particulièrement en peinture à l'huile.

 

 

 

 

Le pigment  séché de l’acétate de Cu. ainsi traité peut être broyé et utilisé avec les liants conventionnels de la peinture à l’eau.

(Il est à noté qu’alors ce vert sera nettement moins agressif pour le support.)


 

Pigment de résinate de cuivre et fond de lettre "M" (étiquette de vin "Mambourg" voir ICI) exécutée avec ce même pigment.

 

Table des matières

 

 

D ‘après certains auteurs, il aurait été utilisé dans les enluminures du VIIIème au XIVème siècle. Pourtant, il n’y a pas de preuves formelles d’une préméditation technique.

Il est communément considéré en effet, que les résinates auraient pu se former au cours du temps par réaction avec les liants ou les produits de fabrication des pigments… (?)

 

Toutefois, une étude de P. Dizabo et C. Pepe (laboratoire de spectrométrie moléculaire, Université Pierre & Marie Curie - Paris) menée à la fin du XXème siècle démontre sans ambiguïté la présence de dérivés de colophane dans la préparation de pigments verts utilisés dans la peinture d’un manuscrit du XIIème siècle…

 


Fioles de deux résinates. L'une verte pomme (cuisson plus longue) et l'autre verte foncée (cuisson plus courte).

 

 

 

P. Turquet de Mayerne est le premier auteur à nous en donner deux recettes au début du XVIIème siècle. (f° 31 & 32) :

« Beau vert. Prenés térébenthine de Venise… ; huile de térébenthine… , meslés, adjoutés vert de gris mis en morceaulx… ; mettés sur cendre chaudes, et faites bouillir doucement. Essayés sur le verre si la couleur vous plait… … »


 

Différents résinates de cuivre

 

 

 

 

Haut de page



Image pigment de résinate de Cu
 
 
Affichage # 
 
 
Powered by Phoca Gallery