bateau.jpg
xp en magest.jpg
huille1.jpg
IMG2Ha.jpg

VÉGÉTALES (en construction) - LES COULEURS VÉGÉTALES

« Sensim per partes discuntur quælibet artes
Artis pictorum prior est factura colorum
Post, ad mixturas convertat mens tua curas
Tunc opus exerce, sed ad unguem cuncta cœrce
Ut sit ad ornatum quod pinxeris, et quasi natum
Postea multorum documentis ingeniorum
Ars opus augebit…
»

“C’est peu à peu, partie par partie, que s’apprennent tous les arts.
L’art des peintres est précédé par la confection des couleurs.
Ensuite, que votre esprit tourne ses soins vers les mélanges.
Alors, passez à l’œuvre, mais soumettez tout à la rigueur,
Pour que ce que vous peindrez soit orné, et comme naturel.
Ensuite, par bien des preuves d’ingéniosité,
L’art augmentera l’œuvre… ”



Considéré comme étant la préface des livres de Théophile

 


 

Utiliser pour la peinture les couleurs que nous offre la nature est une démarche tentante. Pulpe de framboise, pétales de fleurs, baies sauvages font rêver à des teintes éclatantes.

Toutefois, si après simple broyage nous tentions de les employer, nous serions déçus. En effet beaucoup de teintes, resplendissantes fraîches, se modifient, ternissent ou disparaissent en séchant. Les couleurs végétales résistent très mal à la lumière. Pourtant les plantes ont été jusqu'a la fin du XIXème siècle l'une des principales sources de milliers de couleurs

pour teindre les fibres textiles. Dès l'Age de Bronze, on sait teindre le lin et la laine en bleu grâce à la guède (pastel). En Orient, des fouilles dans la vallée de l'Indus ont permis de retrouver l'utilisation de l’indigo sur pièces de coton, datant de 2 500 ans avant J.C. Or, les techniques d'extraction du principe colorant de ces deux plantes sont tellement sophistiquées qu’elles ont toujours constitué des difficultés majeures pour les teinturiers professionnels. Cette impressionnante maîtrise des temps anciens prit fin presque brusquement, à la fin du XIXème siècle, lorsque les nombreuses recherches sur la chimie des plantes aboutirent a la découverte des premières teintures chimiques.

L’histoire des plantes tinctoriales est intimement liée à celle des couleurs végétales utilisées dans la peinture.

Si l'abondance des pigments organiques dans la nature est sans limite, leur extraction est toujours délicate, compliquée par le fait qu'ils sont souvent masqués dans des racines ou dans des bois.

Les manuscrits techniques transmettent les façons d'opérer, mais ne les expliquent jamais.

Pourquoi faut-il faire macérer les racines de garance avant de les traiter ?

Quel mystère préside à l'élaboration des roses, rouges et violacés tirés du bois de sappan ?…

 


LES COULEURS VÉGÉTALES
 
 
Affichage # 
 
 
Powered by Phoca Gallery