Scoenenbourg1.jpg
port.jpg
schoenenbourg marge2.jpg
peintu 5.jpg

MINÉRALES - LES ROUGES ARTIFICIELS - VERMILLON DE MERCURE

 

 

Table des matières :

Cliquer sur les titres soulignés pour accéder à la rubrique.

 

- Nuancier et "ingrédients".

- Fabrication (voie sèche).

- Fabrication (voie humide).


- Noircissement du vermillon de mercure (voir noircissement du cinabre. Cliquer ICI).

 

 

 


 



 

 

Table des matières

 

 

Le vermillon de mercure ou cinabre artificiel

(Voir aussi la page "le cinabre" cliquer ICI)

 

 

Nuancier des pigments de vermillon de mercure

 

 

 

La tradition veut que ce soit Zozime le Panapolitain (IIIème siècle ap. J.C.) qui soit à l’origine de la découverte des composants du cinabre (soufre et mercure).
Et ce serait Geber, alchimiste arabe au VIIIème siècle qui serait à l’origine de la découverte de sa fabrication.

 

 


 

"Ingrédients" composant le vermillon de mercure

 


 

Table des matières

 

 



Pourtant ce furent très probablement les chinois qui l’ont fabriqué en premier, par voie sèche, en faisant fondre un mélange de mercure et de soufre.


C’est donc un sulfure de mercure sublimé répondant à la formulation HgS tout comme son parent proche le cinabre.



Théophile (liv.I Ch. XLI) nous en donne le procédé :
« … prenez du soufre (il y en a de trois espèces, du blanc, du noir et du jaune), et le brisant sur une pierre sèche, ajoutez y la moitié de mercure pesé à l’équilibre des balances, après avoir soigneusement mêlé, mettez dans un flacon de verre, le couvrant de toutes part d’argile, fermez l’ouverture de crainte que les vapeurs ne sorte, et placez le près du feu, pour qu’il sèche. En suite mettez-le au milieu des charbons ardents, et aussitôt qu’il commencera à chauffer vous entendrez du bruit à l’intérieur, indice que le mercure se mêle au soufre enflammé : quand le son aura cessé, ôtez aussitôt la bouteille, et l’ouvrant prenez la couleur.»

 

 

 

 


 

Le "flacon de verre couvert d'argile" contenant le mercure et le soufre est déposé "au millieu des charbons ardents".





 


Après "que le mercure se soit mêlé au soufre enflammé",

le vermillon est récupéré, 
lavé et séché.


 

 

Nous retrouvons nombre de recettes tout au long du Moyen-Âge : Petrus de S. Audemar, Jehan le Bègue, ms de Bologne…



Ainsi que, naturellement Cennino Cennini  (Ch. XL) qui fait cette remarque fort intéressante concernant sa provenance et sa nature dans la peinture :
« Il y a une couleur rouge que l’on nomme cinabre ; il se fait chimiquement, se travaille à l’alambic. Le travail serait trop long à donner, si tu veux en prendre la peine, tu trouveras bien des recettes, particulièrement chez les moines ; mais je te conseille de ne pas perdre de temps dans les incertitudes de la pratique, d’en prendre purement chez les apothicaires, où tu en trouveras pour ton argent. »

 

Déjà à cette époque, l’artiste, surtout dans une ville d’art, ne fabriquait plus ses pigments, mais les achetait chez les marchands de couleurs du moment !


Il conseille aussi de le garder de l’air, stipulant qu’il se conserve mieux sur panneau que sur mur (voir noircissement du cinabre. cliquer ICI).

 

 


Nuancier d'un vermillon de mercure

 

 



Table des matières



Outre la voie sèche, à l’image de l’alchimie où voisine souvent ces deux voies, il est possible d’obtenir un vermillon de m
ercure par voie humide.


Ce procédé serait plus récent  (bien qu’en théorie il soit aussi accessible que le premier)  et semble être connu en occident au moins depuis le XVIIème siècle.
(G.Schultz en décrit la fabrication dans un document de 1687).


C’est par une trituration de soufre et de mercure que l’on peut obtenir, en ajoutant un puissant alcalin, notre couleur.

La première trituration se fait en général à température ambiante, assez chaude tout de même, ( Mérimée conseille de faire la trituration sur bain de sable, mais en été, sous un fort soleil, le résultat est identique , même s'il prend plus de temps).

 




Le soufre, le mercure et un alcalin - qui permettra de faciliter la réaction - sont pesés,

les ingrédients sont mêlés, triturés longuement, puis agités.

 


 

Lorsque le précipité noir (l’éthiops minéral des anciens alchimistes) commence à brunir,

on chauffe légèrement jusqu’à une température maximum de 50°C.

 

 

 

Au bout de quelques temps le tout vire au rouge. Le Vermillon de mercure est récupéré.




Il est nécessaire ensuite de bien le laver afin d'éliminer le soufre combiné avec l'alcalin utilisé.
Enfin le pigment sera traité, relavé puis séché.



Mérimée dit qu’en deux heures, par ce procédé, on peut convertir en vermillon plusieurs livres de mercure.


 

 


 

 

La fabrication du vermillon de mercure est très dangereuse (vapeurs mortelles, etc…)


À ne pas recommander sans expériences.


Faire preuve de multiples précautions de sécurité.


NE PAS REJETER LES EAUX OU AUTRES LIQUIDES DANS LA NATURE. STOCKER DANS DES CONTAINERS SPÉCIAUX ET LES REMETTRE À UN CENTRE SPÉCIALISÉ DANS LE RETRAITEMENT DES PRODUITS DANGEREUX.


Cliquer ici

 


Haut de page

 

 


image vermillon
 
 
Affichage # 
 
 
Powered by Phoca Gallery